La fille avec une frange

10 mai 2013

Hier soir, 1h30 du mat’, caveau des oubliettes, whisky.

J’ai des souvenirs assez vagues de la soirée, mais je crois qu’une fille est venue me parler.

jazz-bar-entrance-300x448

La fille : Je peux vider mon sac ?

La fille a de grands yeux énervants et une coiffure totalement fantaisiste, une sorte de frange improbable. J’en déduis qu’elle n’existe pas, que je divague. Je l’ignore.

La fille : Vous buvez seul.

Guillaume : Je savais que vous n’existiez pas.

La fille : Pourquoi dites-vous ça ? J’existe. Je vous parle.

Guillaume : Alors je ne bois plus seul. Je bois avec vous. Du moins, c’est ce que les autres gens du bar voient.

La fille : Je peux vider mon sac maintenant ?

Je bois. Je recommande un verre. Je n’offre pas de verre à la fille. Elle s’offusque.

La fille : Vous ne m’offrez rien ?

Guillaume : Vous n’êtes peut-être pas réelle. J’ai peur de montrer un tabouret vide en disant au barman : « un Monaco pour mademoiselle ».

La fille : Pourquoi un Monaco ?

Guillaume : Vous avez un look à boire des Monaco.

La fille : Alors c’est que j’existe, au moins pour vous, ce soir. Je peux vider mon sac maintenant ?

Guillaume : Un instant. Si vous n’existez pas, c’est que je vous imagine. Hors cette frange… Je n’ai pas pu l’imaginer. Votre coiffure est totalement dingue, elle vous rend vraie.

Mon verre arrive. Je bois. Je re-bois. J’ai mal au crâne.

La fille : Mon mec vient de me larguer. On était ensemble depuis le collège.

Guillaume : Quelle horreur.

La fille : Oui, c’était une histoire que je n’imaginais pas pouvoir se terminer.

Guillaume : L’horreur c’est d’être ensemble depuis le collège. Vous le trompiez, j’espère.

La fille : Non, je n’existais plus qu’à travers lui. Je me sens vide. Je chiale depuis une semaine. J’ai essayé de me reprendre en main avec cette nouvelle coiffure. C’est un conseil que j’ai lu dans Biba.

Guillaume : Je le savais. Vous n’existez que depuis ce matin.

 

You Might Also Like

10 Commentaires

  • Reply Bap* 10 mai 2013 at 9 h 47 min

    Voilà, le texte se suspend et se pose. C’est parfait.

  • Reply Sweety 10 mai 2013 at 9 h 57 min

    Une impression de déjà lu, je me trompe ?

    • Reply Guillaume Natas 10 mai 2013 at 9 h 59 min

      Non, tu ne te trompe pas, c’est un article paru sur Trimtab il y a quelques années. Et remasterisé !

      • Reply Sweety 10 mai 2013 at 10 h 01 min

        Je suis une lectrice archi attentive ! 🙂

      • Reply plimuk 10 mai 2013 at 18 h 58 min

        Le mec il est tellement mauvais, et son imagination si stérile qu’il est obligé de ressortir des vieux articles. Je préfère encore les chroniques des petits marchés de campagne de JPP pendant le 13h.

  • Reply Hugo 10 mai 2013 at 12 h 02 min

    Je n’avais pas lu l’original. Mais bravo. Il y a tous tes points forts niveau écriture et presque aucun maniérisme. Impressionnant.

  • Reply Topi 10 mai 2013 at 14 h 44 min

    J’adore les portraits style « la fille qui fait des cupcakes en pâte Fimo » et je croyais que cet article allait suivre la même tournure, et Dieu sait combien on a de choses à dire sur les filles qui font encore des franges en 2013 !

    • Reply so 12 mai 2013 at 10 h 36 min

      C’est simple. La frange est la marque spécifique d’Homo sapiens, sous espèce: adolescens. Elle sert à cette espèce uniquement à cacher les boutons. Ou un front trop moche. Il s’agit donc de masquer un complexe. Personne ne regarde Tellement Vrai?

  • Reply Leïla 29 mai 2013 at 14 h 02 min

    Simple, percutant.
    Je commence à être vraiment intriguée par tes textes Guillaume :p

    • Reply Guillaume Natas 29 mai 2013 at 21 h 28 min

      Merci !

    Leave a Reply