Deux ans sans cigarettes

5 juillet 2013

Arrêter de fumer fut l’expérience de développement personnel (détendez-vous, je ne vais pas vous vendre un eBook) la plus intense et la plus enrichissante de ma vie. J’en tire aujourd’hui encore une vraie fierté. Si vous êtes fumeur, ça peut vous intéresser, car j’ai réussi à totalement arrêter de fumer en privant du jour au lendemain mon corps de nicotine. Sans grossir et sans craquer.

Sean_connery_raction

Tout d’abord, quel fumeur étais-je ? Probablement un des pires. J’ai commencé à 15 ans, seul, fasciné par cette notion « d’addiction » et convaincu que ce genre de chose n’allait pas prendre sur moi. Deux ans plus tard, je fumais entre 25 et 40 cigarettes par jour. J’allumais ma première cigarette 30 secondes après m’être levé. Pour ne rien arranger, j’arrivais à faire du sport sans problème. J’adorais fumer, j’adorais me regarder fumer, jouer avec mes cigarettes, avoir de jolis briquets et je ne supportais pas de ne pas avoir au moins deux paquets scellés sur moi. J’étais totalement paniqué à l’idée de manquer de clope. J’avais d’ailleurs planqué un peu partout des « paquets de secours ». J’étais plus fumeur que la plus fumeuse de tes copines et je consommais des Davidoff qui avaient l’avantage d’être les plus longues et les plus fortes du marché.

Smoking-gif-the-secret-window-27995952-500-206

J’ai toujours eu conscience que je faisais de la merde et qu’il ne faudrait pas que ça dure. Mais pour que l’idée d’arrêter commence à germer dans mon esprit, il a fallu que je me mette à tousser. Tous les matins et tous les soirs, je toussais à m’en bruler la gorge. C’était flippant. Je toussais la nuit et j’ai commencé à mal dormir. J’ai alors essayé de réduire ma consommation. C’est-à-dire à ne pas dépasser le paquet par jour. J’ai vaguement réussi, au prix de sacrifices, c’était pénible, je pensais tout le temps à fumer et à chaque fois que j’en grillais une, je faisais un petit trait sur mon carnet, devant la date. J’étais extrêmement ridicule. (D’ailleurs en tapant ces lignes, je ris de moi. Ce qui est rare.) Au bout de quelques semaines, j’étais revenu à mon rythme normal : deux à trois paquets par jour.

tumblr_mf71mret851rylyy7o1_r1_500

Avec cette expérience, j’ai appris qu’il n’était pas possible pour moi de réduire ma consommation et qu’il faudrait totalement arrêter. Il a fallu quelques mois pour que j’imprime cette idée. Ça m’a pas mal fait bouder en dedans d’ailleurs.

Un matin, sur un coup de tête, je n’achète pas de clope. Je passe une journée horrible. Je me couche sans avoir fumé. Le lendemain, je craque et je taxe une cigarette (je ne le faisais jamais d’habitude). Dix minutes plus tard, je fais la queue devant le buraliste. Premier échec.

tumblr_m8plrnOx9j1qjee29o1_500

Quelques mois plus tard, je tombe sur une application iPhone basée sur la méthode Allen Carr. Alors que je suis dans mon lit, prêt à me coucher, je la télécharge et je passe plusieurs heures dessus. Très motivé, j’arrête de fumer – le lendemain – durant une dizaine de jours. Je n’avais jamais eu cette force et cette motivation auparavant. Sauf qu’un soir, alors que la soirée battait son plein je m’en grille une, pensant que si j’avais tenu 10 jours, je pouvais me le permettre. Le lendemain je m’en veux et je résiste à l’envie d’aller choper un paquet. Le samedi suivant, je m’offre une nouvelle cigarette, considérant alors être devenu « fumeur très occasionnel capable d’en griller une par semaine ». Du coup j’en prends deux. Le lendemain, je fais la queue devant le buraliste. Deuxième échec.

Là, je commence un peu à paniquer. Je marche beaucoup à l’égo (vous le savez) et je n’aime pas trop ce que je suis en train de vivre. Je n’avais jamais douté de ma capacité à arrêter de moi-même et mes deux échecs ébranlent mes certitudes. Je laisse passer quelques mois, vexé.

MAD

L’été arrive. Je décide de tenter une nouvelle technique : les patchs. J’ai toujours vu mon père en mettre lors de ses nombreux arrêts. Je n’aime pas l’idée de me coller un truc sur la peau, mais tant pis. Je vais à la pharmacie me faire conseiller et je repars avec une boite de 29. Un par jour, dose maximum. Au bout de deux mois, je baisse la dose, puis encore deux mois plus tard pour enfin arrêter, au bout de 6. Je finis par ne plus porter de patch et quelques semaines après… je reprends une cigarette. Honteux, je file racheter des patchs « petite dose » et je me retrouve à fumer en portant un patch, que je décolle – au départ – le temps de m’en griller une (je sais…), puis même plus. J’arrête le patch et je recommence à fumer. Pire que jamais. Forcement. Troixième échec. J’ai super honte, mes amis ricanent (j’avais quand même arrêté 6 mois) et moi je flippe.

Plus sûr de pouvoir arrêter un jour.

Un soir, je commence un billet pour Trimtab, dans lequel je raconte mes échecs successifs. Je ne posterais jamais le billet, mais il m’a permis de faire le point et de tirer trois conclusions simples, mais qui seront clefs de mon arrêt :

  • Mon prochain arrêt sera le dernier. Soit j’y arrive et je ne refume plus jamais, soit je me foire et je n’aurais pas la force de retenter un truc.
  • Je dois arrêter totalement et d’un coup. Je ne serais jamais un fumeur occasionnel et ça ne sert a rien de continuer à m’envoyer de nicotine par des moyens détournés. J’arrête.
  • Une fois ma décision prise, je ne devrais jamais craquer, ne jamais tirer une latte, plus jamais je ne devrais faire rentrer volontairement de la nicotine dans mon organisme. Je sais que sinon, je serais le lendemain chez le buraliste.

Je garde ces trois règles en tête plusieurs mois. Je prends le temps de les imprimer et de les accepter. En attendant, je fume en sachant que ma dernière clope est proche. Qu’un ultime arrêt m’attend.

motivation-gif

Un après-midi de mai 2011, mon pote Max, chez qui je passe l’aprèm pour bosser (en fait on a regardé OSS 117) me dit – alors que je m’allume une clope à la fenêtre – d’arrêter de fumer. Juste comme ça. Alors j’ai arrêté. Le soir, je passe dans une épicerie bio et je demande un truc naturel pour réguler mon humeur (j’avais tendance à être totalement exécrable lors de mes précédents arrêts) et le mec me donne des vitamines et du « Kudzu », pour m’aider dans mon arrêt. Pas de nicotine, mais une plante qu’on donne notamment aux alcooliques (ici si ça vous interesse 1matin 1 soir durant 1 mois). J’ai pris ces compléments alimentaires durant un mois. Puis plus rien. J’ai pris sur moi, j’ai positivé, je me suis inscrit dans une salle de sport et je n’ai plus jamais touché une clope. Ça fait deux ans et c’est une fierté de chaque instant. Dans les moments chiants de ma vie, j’y repense et je suis encore plus fier de ne pas craquer. Je continu à prendre des pauses clopes avec les fumeurs et j’aime bien respirer la fumée de tabac.

Une fois je me suis dit que je reprendrais la clope à 70 ans, si je suis encore vivant et en bonne santé.

Pour vous recompenser d'avoir lu : cette photo de moi à 17 ans. Avec les cheveux longs.

Pour vous recompenser d’avoir lu : cette photo de moi à 17 ans. Avec les cheveux longs.

You Might Also Like

19 Commentaires

  • Reply UltraDanette 5 juillet 2013 at 12 h 13 min

    Bravo Natas ! Fier de toi !

  • Reply Manon 5 juillet 2013 at 12 h 26 min

    Je me reconnais tout à fait dans le délire ‘je-suis-persuadée-que-je-ne-suis-pas-accro-alors-qu’en-fait-si’.
    En tout cas, chapeau, ça fait mal à mon ego de flatter le tient, mais ça force le respect.
    Love.

  • Reply Artyom 5 juillet 2013 at 12 h 37 min

    Bravo Guillaume !
    Billet très intéressant pour survoler l’expérience d’un gros fumeur ! Marrant que tout le monde se croit intouchable niveau addictions.

  • Reply Cristophe 5 juillet 2013 at 12 h 46 min

    Très bien ! Il ne te reste plus qu’à arrêter l’égo.

  • Reply Khamsou 5 juillet 2013 at 12 h 47 min

    Un vague air de Robert Pattinson sur ta photo ! Bravo en tout cas, et tant qu’ancien fumeur, je confirme. Pour arrêter, il faut « juste » ne plus fumer.

  • Reply Neodern 5 juillet 2013 at 16 h 53 min

    Merci pour cet article. Je penserai à le relire le jour ou je serai pris d’une nouvelle envie de tenter d’arrêter. Encore une augmentation ou deux et je pense que ce sera bon. (donc encore 1 an)

    Mais effectivement ça reste la meilleure solution. En tout cas les chewing-gum, la cigarette électronique (lol) et la semi-volonté ne suffisent pas dans mon cas.

  • Reply George 5 juillet 2013 at 18 h 01 min

    Bravo ! BRAVOO !

  • Reply db0 5 juillet 2013 at 18 h 27 min

    Waw. J’aurais jamais cru lire un billet sur ce ton sur ton blog. Fermer Trimtab t’a changé, en bien.
    Je savais que tu avais tenté plusieurs fois d’arrêter, donc ces derniers temps, quand tu disais que tu ne fumais pas, je trouvais ça cool mais je t’avoue que je pensais que ce n’était qu’une nième tentative. Quelque chose qui faisait parti de ton personnage.
    Je suis contente pour toi et même fière de toi. On se skype dans la semaine ?

  • Reply danielt 6 juillet 2013 at 0 h 46 min

    Déjà plumeau à 17 ans…

    • Reply Guillaume Natas 6 juillet 2013 at 1 h 39 min

      Je pissais déjà a la raie des connards de lyonnais comme toi.

  • Reply danielt 6 juillet 2013 at 10 h 14 min

    Épicerie bio,truc naturel,manque de volonté chronique,faiblesse d’esprit…Il ne manque que l’hypnose et le marabout camerounais a ton cheminement semouleux.On note aussi que quand Tantine Max commande,la chienne obéis.Continue a te faire dilater le fondement,mon petit plumeau.Et sache que je ne pratique pas les jeux Uro,indépendamment de mes positions géographiques.

  • Reply Natachatte 10 juillet 2013 at 16 h 13 min

    Accessoirement mon bon Natas, tu pues moins le tabac froid de la gueule et ça fait plaisir.

  • Reply Sweety 12 juillet 2013 at 0 h 08 min

    Moi, mon ego est tellement démesuré, que pour continuer à me persuader que je suis au dessus de cette connerie de dépendance, je m’en grille une de temps en temps (après plus d’un an et demi d’arrêt) et je me dis « t’es vraiment plus forte que la dépendance ! »

  • Reply Foobar 13 juillet 2013 at 22 h 31 min

    Et voila comment depuis 2 ans tu m’as « obligé » à m’acheté mes clopes. Putain d’égoïste 😉

  • Reply Smedj 14 juillet 2013 at 0 h 18 min

    Bravo. J’étais une grande fan de trimtab et de ce blog ci.

    Pour une autre histoire d’addiction :

    http://www.tumblr.com/blog/where-is-the-flaw-in-the-plan

  • Reply Smedj 14 juillet 2013 at 0 h 27 min

    Vraie adresse, désolée, sacrés drogués

    where-is-the-flaw-in-the-plan.tumblr.com

  • Reply Mohé 2 août 2013 at 0 h 16 min

    j’ai lu, j’ai relu, je l’ai allumé.

  • Reply Wenny 7 août 2013 at 14 h 39 min

    Moi aussi j’ai arrêté, et moi aussi j’en suis super fier. Et le coup des 70 ans, je suis sur la même longueur d’onde que toi, je me suis promis de faire un truc similaire 🙂

    Moi pour m’aider à arrêter j’ai lu ça : http://www.amazon.fr/Golden-Holocaust-Cigarette-Catastrophe-ebook/dp/B007FD2RJM/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1375878901&sr=8-1&keywords=golden+holocaust

    C’est Golden Holocaust de Robert Proctor, historien des sciences à Stanford. C’est pas un Allen Carr-like, rien à voir, il raconte juste comment les fabricants de clope ont imposé leur modèle depuis le 19eme siècle.

    Quand on a un problème d’ego (moi aussi !), s’entendre raconter à quel point on est un abruti victime du marketing ça aide : se moquer des mecs qui regardent Secret Story ou qui achètent Sofinco, alors qu’on fume, c’est juste pas possible.
    (et accessoirement pour ceux qui bossent dans la Comm, c’est une tuerie aussi, car les mecs ont tout inventé).

    Bon OK c’est en Anglais, mais ça se lit bien. Courage à tous !

    Wenny

  • Leave a Reply