Noémie m’a fait bader

23 juillet 2013

En 2009, j’essayais vaguement de choper Noémie. On était en terminale et j’aimais bien ses seins. On allait au cinéma et je l’invitais au restaurant. Au final il ne s’est rien passé avec Noémie. Je l’avais même totalement oublié jusqu’à recevoir, il y a 6 mois, sa friend request sur Facebook. J’ai tout de suite été enthousiaste face à cette jolie opportunité de rouvrir un dossier non classé. J’accepte et là…

Douche d’acide.

pony-cold-shower

Noémie  que j’avais quitté tout juste bachelière et fraiche comme le jasmin à la tombé du soir a (dans l’ordre) :

  • pris 20 kilos
  • fait un enfant
  • s’est marié avec un nain
  • pris 10 kilos de plus
  • fait un deuxième enfant

Je navigue, horrifié, à travers ses albums photo, parfaitement organisés en fonction des événements marquants de ces quatre dernières années : vacances au camping, soirée en boite crasseuse, maternité, mariage, baptême… Noémie ne  risquait pas de majorer à Normal Sup’ mais de là à se retrouver, en quatre ans, avec deux chiards, des cuisses énormes et les cheveux gras… Voyant que je commençais à partir dans un sale délire nostalgique,  j’ai pris quelques verres de whisky puis – pour soigner le mal par le mal –  j’ai envoyé un texto groupé à 5 exes : « Tu me manques tellement, je pense souvent à ce qu’on aurait vécu si j’avais pas déconné ».

Rien ne me terrorise plus que les enfants. Au-delà de l’apparence assez monstrueuse de ces toutes petites personnes parfois disproportionnées, c’est l’aspect éternel de la relation avec eux qui me glace. Une version alternative de nous qui sera là, pour toujours, pour nous casser les couilles et nous inquiéter. Comment quelqu’un d’équilibrer peut faire un tel choix ? Se dire « Ok, je vais maintenant décider de créer un humain et d’assumer financièrement et socialement toutes ses conneries ». C’est totalement dingue. D’association d’idées en association d’idéesp, je m’imagine avec un enfant drogué et con. Je m’imagine convoqué par son professeur principal. J’imagine le prof en train de me faire la morale de me dire que je dois être plus présent pour Guillaume Junior si je ne veux pas qu’il finisse chômeur. Je m’imagine en train de lui payer une boite à bac, puis une école privée chère pour jeunes branleurs à papa riche.

J’ai prolongé l’expérience en me projetant dans l’univers parallèle dans lequel je fais 120 kilos, je porte des t-shirts, j’ai 2 fils (Bruno et Jérémy) et où Noémie vient de terminer Normal Sup’. C’est elle qui tombe sur mon profil Facebook. Elle vient me sauver, m’arrachant à ma famille. Je laisse Victoria, ma femme, seule avec les enfants et je pars vivre à Montpellier.

Ce soir-là, Noémie m’aura bien fait bader avec son gosse et son mec. Je suis définitivement bien au-dessus de ça, avec mon whisky et mes exes.

You Might Also Like

28 Commentaires

  • Reply Hugo 23 juillet 2013 at 15 h 18 min

    « On était en terminal » : j’adore, j’adore, j’adore cette erreur d’orthographe à tel point que j’ai du mal à la qualifier d’erreur. Ca résume parfaitement le billet.
    Qui est une belle réponse à la prétendue « lâcheté du mâle » dont on culpabilise depuis des lustres les mecs hétéros.
    Très joli.

    • Reply Guillaume Natas 23 juillet 2013 at 15 h 22 min

      Merci ! Je la corrige quand même hein…

  • Reply @@ 23 juillet 2013 at 18 h 38 min

    N’as tu pas été enfant ?

  • Reply FELIX LE CHAT 23 juillet 2013 at 19 h 12 min

    Le blues des retrouvailles sur Facebook, on y a tous eu droit un jour.
    Tant qu’à corriger, occupe-toi de « Comment quelqu’un d’équilibrer peu faire un tel choix ?  » essaie « Comment quelqu’un d’équilibré peut faire un tel choix ? « , ça fait moins mal aux dents à la lecture.
    Je suis surpris par les exes au féminin qui pourrait passer pour une contraction d’exercices ou d’exécutions, ne connaissant pas tes pratiques je te laisse le choix mais donne nous l’explication.

  • Reply Natachatte 23 juillet 2013 at 20 h 18 min

    Le pire, c’est que si t’avais été là, elle serait pas devenu comme ça.
    T’es un peu fautif, en fait.

  • Reply Une Noémie 23 juillet 2013 at 20 h 29 min

    Je m’appelle Noémie, j’ai mon bac depuis un mois et j’étais toute contente en voyant mon prénom dans le titre de ce nouveau billet … Merci pour la « douche d’acide » ! Il en reste, du whisky ?

  • Reply Léna 24 juillet 2013 at 0 h 19 min

    Alors c’est comme ça que l’on fait quand on a pas de vie… On monte sur sa chaise pour parler d’en haut , se sentir au-dessus pour une fois et critiquer ceux qui ont fait la leur.
    Il serait bon d’attendre à l’avenir d’avoir dessoûlé pour écrire. Enfin , j’ose espérer que l’accumulations de fautes ne provient que de là.

  • Reply lo 24 juillet 2013 at 13 h 02 min

    Ca t’arrive d’être intéressant ou drôle mais j’ai pas encore compris cette tendance à exposer toutes ces choses, ces gens, ces comportements gênants.

    Il y a des choses qui inspirent la pitié, le dédain ou la condescendance. Si c’est quelqu’un en live, on change de sujet, on parle à quelqu’un d’autre. A la télé, on change de chaîne parce-qu’on se sent soudain contrit dans son canapé.

    Ensuite, on évite d’en parler autour de soi parce-que ça n’a aucune valeur de gonfler son égo en affirmant qu’on est au-dessus de ça.

    Mais toi, tu twittes et tu blogges tout ça.

    J’ai pas encore compris.

    Peut-être que tu le fais pour les autres, pour que nous, on puisse détourner la tête sereinement. J’sais pas…

  • Reply Babillages 26 juillet 2013 at 12 h 04 min

    C’est humain. Les gens évoluent, dans un sens ou dans un autre. Les chemins divergent pour ne jamais se (re)croiser. Les goûts s’affinent (ou pas). Des choix se font. Chacun à notre manière, on devient adulte. Et on construit la vie que l’on souhaite (ou du moins, on essaie de s’en rapprocher). Moi aussi, quand j’ai retrouvé des « copains » d’enfance via les réseaux sociaux, j’ai parfois eu un mouvement de recul face à l’écran de l’ordinateur : « ok, elle a 23 ans et elle est déjà mariée-3enfants-un chien-un Renault Espace ». Certes, ce ne sont pas forcément mes aspirations aujourd’hui, je conçois ma vie vraiment différemment. Mais je respecte malgré tout ce que sont devenus les autres et qu’ils aient fait le choix d’avoir de telles responsabilités en étant aussi jeunes, par exemple. Et puis si en prime, ils sont heureux, pourquoi les blâmer ou se moquer d’eux ?
    Pour une fois, tu vois, je ne vais pas du tout dans ton sens : je trouve ce post un peu trop gratuit à mon goût. Et il m’étonne même un peu : tu es un ami tellement tolérant dans la vraie vie ! 🙂

    • Reply Olivier 28 juillet 2013 at 15 h 10 min

      J’ai découvert ton travail récemment, j’adore, cette manière que tu as de raconter quelque chose, c’est génial, je ne m’en lasse pas. Bien sur, je n’ai pas les mots pour décrire ce qui me plaît exactement dans ce que tu produit et au fond c’est bien comme ça. Du coup j’ai choisi se billet comme ça parce que je me suis dis en ayant fini qu’il serait bien d’émettre un peu de reconnaissance.
      Je fini avec un petit mot sur les commentaires qui au fil du temps font vivre cette relation auteur/lecteur souvent orageuse mais particulièrement enrichissante et plaisante, parfois drôle, on en prend plein la figure et ça c’est cool.

      Merci.

  • Reply satan emualliug 29 juillet 2013 at 15 h 25 min

    Salut c’est cool, mais on se fait quand même un peu chier
    Orthographe et grammaire digne d’un élève de CE1 en ZEP
    Humour/répartie/2nd degré complètement absent.
    Agressivité latente du à un refus fréquent de la part d’adolescentes pré pubères (de toute façon elle ne savent pas sucer convenablement).

    Enfin bref pour finir je rappelle un petit code promo laissé par un faluchard sobre NATASNIQUETAMERE.
    GN.

    • Reply Stedinger 31 juillet 2013 at 2 h 13 min

      Putain encore une grosse tarlouze de faluchard, ça va gars? T’as mangé ton caca récemment? Gaffe ensuite on voudra te voir en vrai et tu te degonfleras comme les 150 premières!

  • Reply Marie 31 juillet 2013 at 1 h 40 min

    Je suis tellement, totalement et irrévocablement d’accord avec ce que tu dis dans ce billet et je l’avoue, je me sens aussi un peu soulagée. Pour une jeune femme de 24 ans comme moi, oser gueuler haut et fort que je ne voudrai jamais d’enfant pour toutes les raisons que tu as cité et des centaines d’autres, c’est passer pour quelqu’un d’égoïste, de sans cœur ou pire, de pas fini… Car être un mec et être dégouté par les enfants c’est une chose, mais être une femme et ne pas en vouloir, c’est carrément contre nature.
    Contente d’avoir lu quelqu’un de sensé.
    Marie

  • Reply Yngvildr 1 août 2013 at 12 h 21 min

    Moi je déteste vivre ça en live. Encore un gros choc qui passe comme tu le racontes, ça va. J’ai pas tes tendances d’archéologues voyeur. Mais me taper les échographies et les nausées matinales de madame alors que je suis en train de réviser le moule résultatif et l’emploi du translatif dans les expressions courantes…

    Ça m’a donné envie de gerber.

    Sinon, c’est bourré de fautes de frappe ton article.

  • Reply Mohé 2 août 2013 at 0 h 20 min

    Je suis peut-être fatigué mais : en 2019 j’aurais trente ans (twitter) Vs 2009, on était en Terminale. Twitter est un pigeon en fait ?

  • Reply Stan 2 août 2013 at 13 h 51 min

    Si ton fils fini chômeur ça sera une bonne occasion pour lui acheté un pull le Léon… Le pire c’est qu’on se dit toujours qu’un jour le nain ça pourrait etre nous… Doux jésus, plutôt me mettre des bottes en ciment et sauter dans la seine

  • Reply Charly 2 août 2013 at 15 h 24 min

    Salut Guillaume, super billet. J’aime bien l’autodérision sur la fin, de faire genre le gars fier, avec toujours ce semblant d’égo pour camoufler les vraies peurs. Frais, sensible et subtil. Mon fils est né il y a pas longtemps, et moi aussi avant je pouvais pas supporter les bébés. C’est dans notre nature de mâle.
    Par contre, désolé Marie, mais oui effectivement c’est contre-nature pour une nana de ne pas vouloir de gosses, donc il est inutile de te comparer à Guillaume pour te rassurer.

    • Reply Guillaume Natas 2 août 2013 at 15 h 34 min

      Waw. J’ai donc des lecteurs qui captent mes petites phrases de fin.

      Bravo. Merci. Enchanté.

    • Reply MD 2 août 2013 at 20 h 00 min

      « mais oui effectivement c’est contre-nature pour une nana de ne pas vouloir de gosses » Ah oui ? C’est bizarre, je croyais qu’il fallait être deux pour concevoir un enfant. Donc ça peut être contre nature pour le spermatozoïde de ne pas vouloir finir sa course et pas pour l’ovule… On en apprend de bonnes ! Bref.

      Je suis moi-même une fille de 26 ans, sûre de mon choix de ne pas vouloir d’enfants depuis aussi loin que je me rappelle, et je ne supporte plus les gens (surtout les femmes d’ailleurs) qui me regarde d’un air condescendant en me disant invariablement « Tu dis ça maintenant, mais tu verras quand t’auras le tien ! », me refusant le droit de choisir mon propre schéma de vie, et me reléguant au rang de gamine immature qui n’a rien pigé à la vie.
      Oui, j’ai fait le choix de ne pas avoir d’enfant.
      Oui, j’ai fait ce choix en toute connaissance de cause et avec tout mon libre arbitre. Moi au moins, je ne cède pas à la pression sociale qui veut que si l’on est pas en couple, voire mariés/pacsés, et qu’on ne fait pas un gamin dans la foulée, voire un ou deux de plus, on a raté sa vie.
      Non, je ne suis pas quelqu’un d’égoïste et sans coeur. Moi, au moins, je ne ferais pas un « enfant-pansement » dans le but de réparer mon couple qui part en vrille, pour se séparer deux ans plus tard en ballottant un petit dans un divorce (toujours traumatisant, même si cela se passe sereinement). Même en restant dans un schéma sain, rien de plus égoïste dans le fait de procréer, on ne fait pas un enfant pour mettre au monde le sauveur de l »humanité, Pasteur ou Einstein. Non, on fait gamin parce qu’ON en a envie, soi-même, par pur égoisme. Je vous passerais le couplet sur le fait que de toute façon on est trop nombreux sur Terre, et que le monde dans lequel on vit me dégoute tellement par tellement d’aspects que je m’en voudrais de l’imposer à quelqu’un et de le précipiter là-dedans. C’est cliché, mais je le pense aussi.
      Par ailleurs, je ne suis pas sans coeur, j’ai une nature généreuse, serviable et même un poil maternisante (un comble !), je prends soin des miens, amis comme famille, et je suis contente pour mes amis qui font des enfants, dans la mesure où je respecte leur choix de vie, si celui-ci les rends heureux.
      J’en ai juste ras-le-bol des gens qui ne respectent pas MON choix de vie, en se montrant condescendants. Et c’est drôle d’ailleurs, si je fais le compte autour de moi, ceux et celles qui ont cette réaction-là sont le plus souvent ceux qui ont des rapports pour le moins dysfonctionnels et malsains avec leur conjoint, et invariablement, avec leurs enfants. A ceux-là, j’ai juste envie de dire : Respectez mon choix, merci.

      Bref, tout ça pour dire que OUI, on a le droit de ne pas vouloir d’enfants, les hommes comme les femmes, quel que soit notre âge et notre milieu social, alors merci Guillaume pour ce billet, certes cruel, mais ô combien franc, sur la peur de vivre une vie qu’on a pas vraiment voulue et dans laquelle on peut si facilement se laisser embarquer (et dont le fait d’avoir des enfants fait souvent partie), et sur le soulagement d’y avoir échappé à cette vie !

      • Reply Guillaume Natas 2 août 2013 at 20 h 44 min

        Marions-nous et conchions les parents en vivant une vie de rêve et de folie.

        • Reply MD 2 août 2013 at 21 h 43 min

          En relisant ton billet (que décidément j’aime beaucoup), je me suis attardée un peu plus sur la phrase de la fin, qui est finalement pleine d’amertume et de cynisme (comme c’est étonnant…). A mon sens, l’essentiel est de s’évertuer à trouver la vie qui nous convient, avec laquelle on sera en harmonie (encore faut-il savoir qui on est mais ceci est un autre débat), etque rien n’est une fatalité, mais ça passe par des phases de bad « noemiesque » mais qu’on en ressort grandi, en sachant au moins ce qu’on ne veut pas.
          A titre personnel, je dirais que l’avantage du whisky et des ex(e)s, c’est que ça n’a rien d’irréversible, contrairement à un divorce (qui peut coûter très cher) et à un gamin, pour lequel, comme tu le dit si bien dans ton article, on en prend pour perpète, sans remise de peine, à moins de faire appel à Véronique Courjault (et ça tombe bien, elle est sortie de prison depuis 2 ans !)…

      • Reply Charly 3 août 2013 at 8 h 47 min

        Je ne juge personne, et je respecte tout les choix de vie. Bien sûr faire un enfant pour « réparer » son couple est d’une des pires raisons d’avoir des enfants.
        Et oui c’est vrai, c’est un acte égoïste de faire un enfant. Sauf que paradoxalement, quand tu as un enfant, tu ne vis plus pour toi uniquement, mais pour quelqu’un d’autre, cela peut donc apprendre à vivre de manière moins égoïste… Pour info, notre société individualiste nous pousse beaucoup plus à consommer des partenaires différents, et à vivre pour sa gueule qu’à assumer des enfants. Étant jeune papa je peux te dire que c’est pas évident de voir le regard de ses relations changer, et il faut aussi des couilles pour assumer ça. Comme tu dis, l’essentiel est d’assumer ses choix.
        En revanche, l’humain est avant tout un animal, ne l’oublions pas. L’instinct de reproduction est très proche de l’instinct de survie, et (au risque d’en choquer plus d’une) les femmes sont programmées génétiquement afin d’assumer cette tâche. L’affirmation « c’est contre-nature pour une nana de ne pas vouloir de gosses » est donc difficilement contrecarrable. C’est un fait culturel, et non naturel.
        Enfin, l’argument « nous vivons dans un monde pourri, je ne veux pas l’imposer à quiconque » est révélateur de ta perception de la vie. Si tu étais épanouie (et oui même dans un monde pourri il y a des gens épanouis) cela te semblerai moins égoïste de vouloir la partager. Et si ta mère avait eu la même réflexion il y a 26 ans ? N’es-tu donc pas contente de vivre ? Moi oui.
        Et puis quoi ? On ne va laisser que les cons se reproduire, et finir dans un monde de teubés à la Idiocratie ? Non, pour moi avoir un enfant, c’est aussi transmettre des valeurs, ce qui manque effectivement cruellement à notre monde aujourd’hui, et certainement encore plus demain.

      • Reply Charly 3 août 2013 at 8 h 47 min

        Je ne juge personne, et je respecte tout les choix de vie. Bien sûr faire un enfant pour « réparer » son couple est d’une des pires raisons d’avoir des enfants.
        Et oui c’est vrai, c’est un acte égoïste de faire un enfant. Sauf que paradoxalement, quand tu as un enfant, tu ne vis plus pour toi uniquement, mais pour quelqu’un d’autre, cela peut donc apprendre à vivre de manière moins égoïste… Pour info, notre société individualiste nous pousse beaucoup plus à consommer des partenaires différents, et à vivre pour sa gueule qu’à assumer des enfants. Étant jeune papa je peux te dire que c’est pas évident de voir le regard de ses relations changer, et il faut aussi des couilles pour assumer ça. Comme tu dis, l’essentiel est d’assumer ses choix.
        En revanche, l’humain est avant tout un animal, ne l’oublions pas. L’instinct de reproduction est très proche de l’instinct de survie, et (au risque d’en choquer plus d’une) les femmes sont programmées génétiquement afin d’assumer cette tâche. L’affirmation « c’est contre-nature pour une nana de ne pas vouloir de gosses » est donc difficilement contrecarrable. C’est un fait culturel, et non naturel.
        Enfin, l’argument « nous vivons dans un monde pourri, je ne veux pas l’imposer à quiconque » est révélateur de ta perception de la vie. Si tu étais épanouie (et oui même dans un monde pourri il y a des gens épanouis) cela te semblerai moins égoïste de vouloir la partager. Et si ta mère avait eu la même réflexion il y a 26 ans ? N’es-tu donc pas contente de vivre ? Moi oui.
        Et puis quoi ? On ne va laisser que les cons se reproduire, et finir dans un monde de teubés à la Idiocratie ? Non, pour moi avoir un enfant, c’est aussi transmettre des valeurs, ce qui manque effectivement cruellement à notre monde aujourd’hui, et certainement encore plus demain.

        • Reply MD 3 août 2013 at 11 h 18 min

          Pour répondre à Charly…
          Tu vois, simplement, il y a un truc qui me révulse, c’est l’irrespect et le jugement des gens. Vivre et laisser vivre (j’essaie d’en faire mon credo, même si ce n’est pas facile), je n’accepte pas que l’on ne respecte pas mon choix de ne pas faire d’enfants au même titre que je ne me permettrais jamais de faire des réflexions à quelqu’un qui a choisit d’être parent. Tu n’imagines pas la pression que l’on a, en tant que femme surtout, quand, passé 25 ans, on continue de dire que, sûre, on ne veut pas d’enfants. Comme si procréer était l’aboutissement de notre existence, un accomplissement, un exploit (alors que, sauf cas spéciaux, c’est à la portée du premier « imbécile » venu…). Comme si une femme ne pouvait pas s’accomplir autrement, pas dans son boulot, dans ses relations avec les autres, dans sa culture et dans… hé bien dans le fait d’exister tout simplement, en cherchant l’harmonie avec elle-même.
          C’est valable pour les hommes également, mais la pression est moindre. J’ai la chance d’avoir dans ma vie un homme qui partage mon point de vue sur le fait d’enfanter, lui aussi subit des réflexions, mais à la limite, ça fait rire les gens « Ah là là, sacré lui ! », alors que moi, à côté, forcément je vais changer d’avis un jour. Pourquoi ?
          Tu parles de ce qui se passe dans la nature… J’ai pas l’impression que l’Homme soit encore tellement proche de son état de nature, comparons ce qui est comparable ! Pour rester dans la procréation, quid de la pilule ? Des grossesse à 40 ans passé ? A l’état de nature, les jeunes filles seraient enceintes dès la puberté, soit 12-14 ans, pour faire de nombreux enfants (puisque les 2/3 n’attendraient jamais l’âge adulte) et si jamais on avait la chance d’atteindre l’âge de 40 ans, on serait des vieillards. Sans parler du partage des tâches, hommes à la chasse, femmes à l’allaitement et à tanner des peau, alors bon. Sans verser dans le féminisme (ça me botte pas tant que ça), on ne peut pas vraiment dire que ce qui s’applique à notre société actuelle ! Je vais éviter de parler du fait de maintenir en vie nos malades et nos âgés, des greffes du coeur, des IME, etc… bref, tout ce qui est « contre- nature » : ce qui différencie l’Homme de l’animal, c’est qu’il peut se détacher dans une grande mesure de ses instincts, notamment celui de sacrifier les plus faibles à la survie de l’espèce, et celui de procréer.
          Je ne dis pas que c’est bien ou mal, je dis juste que c’est.
          Enfin, pour revenir sur l’égoïsme et le monde pourri… L’égoïsme c’est en chacun de nous, tout le monde a sa part d’égoïsme, qu’on trouve ça bien ou mal, peu importe, mais que l’on ne vienne pas me dire que je vis de manière égoïste alors qu’on fait le choix de faire un enfant ! C’est la poêle qui se moque du chaudron, comme on dit en région ! Tu comprends, c’est l’ironie des propos des gens qui condamne ma manière de vivre qui me fait bondir. Vraiment, s’ils font le choix de faire un enfant, et que ça les rends heureux, tant mieux ! mais que l’on entende et respecte mon choix à moi. D’autant que moi, je peux exposer une argumentation claire et construite à ce choix, qui est murement réfléchi.
          Ensuite, pour ce qui est du monde pourri… J’ai bien dit qu’il l’était par certain aspects, parce qu’il est tellement beau par d’autres ! Et je pense être en relative harmonie avec moi-même, du moins j’y travaille. Justement, l’harmonie, c’est d’accepter la part de bien et de mal qui est en chaque chose, y compris en nous-même, et d’arriver à faire fonctionner tout ça. Ca ne veut pas dire se résigner, ça veut dire voir les choses en face. Le monde telle qu’on le connait, c’est des paysages à couper le souffle, la force de l’amour qui peut exister entre deux êtres, des enfants qui jouent ensemble sans se soucier du sexe, de l’âge et de la couleur de chacun, mais c’est aussi des explosions nucléaires, des viols de guerre, des mômes qui dorment dans des cartons au pied d’immeubles de luxe… Etc… C’est un fait. Et moi, précipiter un gamin dans un monde fait de ça aussi, et devoir lui expliquer pourquoi en Inde des gamins se prostituent et sniffent de la colle alors que lui mange à sa faim tous les jours et reçoit un ordinateur ou un portable à Noël… On ne devrait jamais avoir à expliquer ça, à n’importe qui, parce que ça l’est, inexplicable.

          Bref, en tout cas, chacun fait son choix, on peut en parler, mais le tout c’est de respecter celui des autres, sans le juger, sans le condamner. Point barre.
          En tout cas, Charly, merci de tes propos courtois malgré les désaccords, c’est rare sur internet, du coup, ça fait plaisir et ça sert à quelque chose !

          • Charly 4 août 2013 at 12 h 36 min

            MD, c’est marrant t’as fait une super longue argumentation sur le thème « nature/contre-nature », qui vient compléter ma propre argumentation et sans la contredire, « contre-nature » n’étant pas utilisé comme péjoratif, mais comme désignant ce qui nous différencie des animaux. Tout ça pour dire qu’on est d’accord au final.
            En encore une fois, je ne te juge pas et respecte ton choix, ne t’inquiètes pas, tout va bien. Tu sembles vouloir prouver des choses à toi-même, mais ça ne sert à rien de te justifier, t’as pas envie de faire des mômes, point.
            Ceux qui sont pas d’accord (et il y a toujours des connards qui ne sont pas d’accord) tu les ignores et puis c’est tout.
            Il vaut mieux ne pas utiliser d’arguments qu’en utiliser des mauvais, au risque de passer pour une personne hautaine auprès de tes relations, qui vont se dire « Ah bon, en fait c’est nous les imbéciles réac’ et égoïstes, j’avais rien vu venir…  » tu sais bien que ce n’est pas le but non plus.

  • Reply Charly 3 août 2013 at 9 h 24 min

    Désolé pour le bug de répétition…
    Pour finir, et pour nuancer mes propos, la vie est à mon sens un mélange entre aléatoire et une succession de choix qu’il faut assumer. Il ne faut pas chercher à tous prix à se justifier, chacun fait comme il le sent. Personne n’est forcé à rien, et je suis d’accord, à bas toutes formes de pression sociale, que ça soit dans un sens ou dans l’autre.

  • Reply Noémie 2 décembre 2013 at 22 h 42 min

    C’est marrant. J’en suis au stade des 18 ans. J’espère qu’en portant je même prénom j’écoperai pas des 30 kilos en plus.

  • Reply moui 8 août 2016 at 4 h 30 min

    « des cuisses énormes et les cheveux gras »

    C’est bien connu, la valeur d’une personne est directement proportionnelle à sa correspondance physique avec tes fantasmes.
    J’espère que tu es allé au bout de ton raisonnement en lui cassant les deux jambes et en lui crachant dessus.

  • Leave a Reply