Did You Miss Me ?

10 avril 2014

Bonjour paysans,

Oui, on se la fait à l’ancienne, comme quand j’avais 18 ans et tout le temps du monde pour vous divertir et vous énerver. Aujourd’hui, j’ai envie de vous lâcher un petit édito. Parce qu’il fait beau, parce que Game Of Thrones a repris et que demain soir je pars en vacances en Belgique, pour le BIFFF et que j’ai bien l’intention de vous raconter ce que j’y verrais de bien. Je reviens donc l’air de rien, chemise ouverte et champagne à la main pour donner quelques nouvelles. Parce que ça se fait, qu’on est de vieux amis et que parfois, nos conversations dans les commentaires me manquent un peu.

tumblr_mzcvdaLesr1qzkdgco1_1280

Il y a un mois, lors d’une discussion avec mon état major, je me suis fait la réflexion que je devenais beaucoup trop sérieux. J’ai repensé avec émotion à l’époque ou j’écrivais des jeux dont vous êtes le héros pour me foutre de la gueule des gens du nord, des guides pour créer sa secte et des manuels pour apprendre à humilier les players (les mecs qui draguent – mal – en bande). Je pense que devenir un adulte ne devrait pas forcement rimer avec devenir chiant. Je vais donc faire comme tous les fils de pute en manque d’inspiration et je vais m’acheter un nouveau Moleskin pour noter mes idées. Ça me fera d’ailleurs une très bonne raison d’utiliser « smicard », mon stylo-plume. Il s’appelle comme ça, car il coute un SMIC. Je l’adore, il est lourd, doux et en or.

Le sujet qui m’interpelle tristement, en ce moment, c’est le harcèlement de rue. On n’en sort pas. Et avec l’été qui arrive, c’est de pire en pire. Ça fout ses doigts entre les jambes, ça fait des petites blagues à cinq contre une, ça fait peur, ça fait mal et ça fait chier. Avec ma bande, on s’est dit que la solution serait peut-être d’instaurer un an de T E R R E U R. C’est-à-dire que de manière légale, pendant un an, on a tous le droit de défoncer la gueule aux relous. Dans le métro, on pourrait tous se jeter sur eux et leur faire manger leurs dents. On pourrait même faire passer ça pour une expérience sociale forte et faire sponsoriser le bordel par Orangina.
Il y a bientôt deux ans, j’écrivais un billet à ce propos sur Trimtab : « Pardon pour le #HarcelementDeRue » en référence à un hashtag populaire à ce moment-là. Plus de 1000 likes, 300 retweets et 200 commentaires. Beaucoup d’insulte. Beaucoup de mecs en colère… Ça fait jamais plaisir de se prendre sa propre merde en pleine face… hein les connards ? Voilà le billet :

Au nom de tous ces mecs désespérés, de ceux qui n’ont pas fait l’amour depuis des mois, de ceux qui n’ont pas été éduqués, des petits, des nerveux, des moches, des sales, de ceux qui tapent les filles, de ceux qui vous font payer le fait de bander mou, de ceux qui n’ont aucun amour propre, au point de ne même pas accepter de ne pas plaire et de l’avoir cherché, de ceux qui vous touchent les fesses, de ceux qui vous insultent gentiment, ceux qui insistent, ceux qui rusent, ceux qui vous suivent, ceux qui vous font peur.

Au nom de ces éternels perdants, de ceux qui rentreront chez eux, seuls, comme tous les soirs, ceux qui méritent leur vie de merde, de ceux qui mériteraient qu’on leur explose la gueule, qu’on les pende par les pieds à poil sur la place publique pour leur apprendre les bonnes manières, pour leur montrer qu’ils n’ont pas leur place au XXIe siècle, qu’aujourd’hui les femmes peuvent montrer leurs jambes, comme eux montrent la raie de leur cul, qu’une femme peu montrer ses seins comme eux montrent leurs épaules et que ça ne les autorise à rien, ne les invite à rien, ne justifie rien.

Au nom de ces petites merdes en survêt’, de ces connards en costume, de tous ces mecs qui compensent leur complexe d’infériorité en rabaissant les femmes, qui noient leur chagrin dans l’agressivité, dans l’impudeur.

Mesdames, pardon pour les remarques de merdes, les compliments vaseux, les mauvaises haleines.

Pardon encore plus aux noms de tous les branleurs de merde qui tournent en ridicule un phénomène qui vous pourrit la vie. Ces petites phrases ne sont pas anodines même si elles sont tristement habituelles. Vous n’imaginez comme j’ai honte de faire partie de la même race que ceux-là.

Un garçon.

Je me souviens que ce qui revenait le plus c’était : « Tu as écrit ce billet pour pécho des meufs ». Mais viens voir dans mon lit, mon bonhomme. Bon après c’est vrai que sur un malentendu, si je peux charmer un peu avec mon petit blog, je suis pas contre un verre pour faire connaissance. Ok les filles ? 😉

tumblr_inline_mrfqn2xwlY1qz4rgp

En attendant, il fait beau, j’ouvre chaque matin mes volets avec émotion. Je sens les rayons du soleil qui viennent se jeter sur mon visage. C’est quand même autre chose que de partir bosser dans le noir. #HeureDHiver

Sinon, je pense de plus en plus à tout plaquer pour devenir parfumeur. Je regrette qu’il n’existe pas des compagnons de la parfumerie. On ferait le tour de la France pour renifler des fleurs et faire des trucs virils. Idée à creuser.

En tout cas, jusqu’ici, tout va bien. (Putain si je meurs en Thalys ce soir, ce billet aura au A U T R E  S A V E U R)

You Might Also Like

10 Commentaires

  • Reply Bilbo 10 avril 2014 at 12 h 05 min

    > Mais viens voir dans mon lit, mon bonhomme.

    En fait c’était des types que tu voulais chopper, tu avais prévu le coup depuis deux ans.

  • Reply Arthur Velicitat 10 avril 2014 at 12 h 38 min

    Mais, le billet vise-t-il les « relous » maladroits, qui insultes et suivent les filles dans la rue ? Ou s’adresse-t-il aussi aux gentils players respectueux de leurs prochains, qui ne font qu’aborder courtoisement et de façon respectueuses les nanas ?

    Imaginons, je fais mes courses, tac je rentre avec mes poireaux et ma litière pour chat, et la bim, je croise le regard d’une mignonne toute souriante. Suis-je condamné a continuer ma router sans même lui dire bonjour, sous peine de passer pour un connard ? Need explications là !

    • Reply Guillaume Natas 10 avril 2014 at 13 h 20 min

      C’est ça. Une fille qui fait ses courses a le droit de faire ses courses sans avoir un mec qui vient lui parler. Après si elle te sourit et que c’est cool, vas-y hein.

  • Reply fransoa 10 avril 2014 at 13 h 40 min

    Se relire c’est bien. Jusqu’à la fin, c’est mieux.

  • Reply Audert 10 avril 2014 at 15 h 09 min

    Femme, je bien d’accord avec l’ensemble du billet d’il y a deux ans (les anonymous auraient pu faire beaucoup sur le registre de la punition, au passage).
    Toutefois je crois aussi qu’il serait bon que celles qui revendiquent le droit de montrer leurs jambes sans qu’il s’agisse d’une inviation à y glisser un doigt, développe l’organe indissociable à cette liberté : une gueule un peu plus grande ornée d’une répartie capable surprendre un peu plus souvent les relous.
    Parce que objet « femme fragile » dans tenue de femme libre… peut-être que ça coince, non?

    • Reply tchoupie 23 avril 2014 at 12 h 35 min

      1) je me fais autant « accostée » quand je suis en jogging – t short trop grand que en robe-talon (et je ne suis absolument pas une exception)
      2) je ne vois pas pourquoi on devrait changer notre manière de s’habiller pour s’adapter aux « hormones » de certains pervers alors que ce sont ces pervers qui sont en tords.
      L’un des problèmes principaux de ces situations sont justement que les rôles de coupables et victimes sont inversés. Je trouve personnellement ça inadmissible.

  • Reply Billy 10 avril 2014 at 17 h 28 min

    « objet « femme fragile » dans tenue de femme libre… peut-être que ça coince, non? » Pourquoi devrais-je avoir la répartie affutée pour porter la mini? Tu utilises le terme « revendiquer ». C’est intéressant. Revendiquer, réclamer ce qui est dû donc. N’est-elle pas là la tristesse, devoir réclamer?

    • Reply Audert 10 avril 2014 at 20 h 47 min

      Certes c’est triste, mais si on change les choses (en revendiquant entre autre), on ne réinvente pas le contexte.
      Le droit de vote aux femmes était un dû qu’il a fallu revendiquer. C’était triste? bah oui…

  • Reply Daniel 10 avril 2014 at 18 h 07 min

    « Avec ma bande, on s’est dit que la solution serait peut-être d’instaurer un an de T E R R E U R. C’est-à-dire que de manière légale, pendant un an, on a tous le droit de défoncer la gueule aux relous. Dans le métro, on pourrait tous se jeter sur eux et leur faire manger leurs dents. On pourrait même faire passer ça pour une expérience sociale forte et faire sponsoriser le bordel par Orangina »
    Une tringle a rideaux comme toi doit taper dans les 35 kilos 800 quand il à son porte monnaie sur lui et son plug en plomb bien carré dans sa bombonne de fiotte…Avec ta bande peut être à 5 vous faites 100kg. Fait gaffe a toi et a pas t’envoler au premier coup de pression…

    • Reply Guillaume Natas 10 avril 2014 at 18 h 10 min

      Si tu es aussi badass en vrai qu’en commentaire, c’est certain qu’on aurait changé de trottoir.

    Leave a Reply