La ferme de Nina

12 août 2015

C’est l’heure de nourrir les cochons. Nina aime ce moment.

Depuis quelques mois, Nina a une ferme. Une jolie ferme, avec des chèvres, des vaches et des cochons. Un peu en retrait, il y a même un petit champ dans lequel pousse du blé.

Nina s’occupe de tout, toute seule, avec soin et amour.

Il y a encore quelques mois, Nina était téléopératrice pour un service de vente par correspondance. Elle passait ses journées — le crâne serti d’un petit casque-micro en plastique — à encaisser les insultes de clients mécontents. Nina s’était habituée à ces longues journées répétitives et aux petites humiliations quotidiennes de ses interlocuteurs et de sa responsable. Puis, le plateau d’appel a été délocalisé au Maroc et Nina a perdu son job. Alors elle a ouvert une ferme.

Depuis peu Nina a décidé de placer une jolie petite barrière en bois pour séparer son champ en deux : d’un côté le blé, pour faire de la farine et de l’autre du maïs, car elle adore le pop-corn.

Dans son ancienne vie, elle allait souvent au cinéma avec son mari et ses deux fils. Mais c’était avant qu’elle perde son job, que Marc ne la quitte et qu’elle ouvre la ferme. Mais aujourd’hui, elle ne voit plus personne et c’est très bien ainsi. Elle s’occupe de sa ferme, y passe ses journées, ses nuits, pour la faire grandir. Elle se couche tard, se lève tôt. Parfois, elle met un réveil en pleine nuit pour nourrir ses animaux. Elle ne pense qu’à ça.

Les vaches doivent faire du lait et pour cela, manger du foin. Alors tous les jours, Nina va en troquer au marché. Elle échange une botte de foin contre une douzaine des excellents yaourts qu’elle fabrique avec du lait de chèvre dans la yaourtière toute neuve. La yaourtière a changé sa vie, car elle lui permet de gagner plus d’argent. Nina économise pour acheter des chevaux. Les chevaux sont chers, mais vraiment beaux. Parfois elle va espionner une autre fermière, une ancienne collègue, qui en a deux.

Elle a calculé : pour avoir un cheval, il lui fait un enclos : 100 pièces d’or, puis le cheval : 1000 pièces d’or. Elle parvient à mettre 35 pièces d’or de côté par jours… Alors bien sûr, tout pourrait aller plus vite si elle avait des diamants. Mais les diamants coutent cher et elle en a déjà acheté pour prendre la yaourtière. 59,99 euros le gros sac. Son budget course pour le mois, mais payé avec la carte Cofinoga. Elle en avait tellement envie, tellement besoin. Et ses animaux aussi. Cette ferme est tout ce qui lui reste. Dans un peu plus d’un mois, elle aura un cheval.

Les larmes forment des petites boules multicolores en s’écrasant sur l’écran de son iPhone 4s.

You Might Also Like

3 Commentaires

  • Reply Samael S. 13 août 2015 at 11 h 05 min

    J’ai beaucoup riz (blague nippone)

  • Reply John Doe 13 août 2015 at 13 h 12 min

    C’est horrible, obsessionnel, doux-amer comme le subreddit watchpeopledie.

    Pas mal 🙂

  • Reply Derione McMuller 26 février 2016 at 23 h 19 min

    Et la ferme sauva la vie de Nina comme internet sauva la tienne. Heureusement pour toi, tu n’avais pas de carte cofinoga.

  • Leave a Reply