Le meilleur dresseur

29 février 2016

pokemonbleu

8 octobre 1999 : Je me souviens que la cartouche était bleue.

Elle brillait déjà par son originalité chromatique au milieu de ses grises homologues.  Le jeu qu’elle contenait était totalement fou, un truc jamais vu à l’époque de Super Mario Bros 2 et de Tetris. En quelques semaines, tout le monde a ressorti du placard sa grosse Game Boy et s’est mis à dresser des Pokémons. Le samedi matin, la série TV, donnait la tendance de la semaine suivante en matière de Pokémon à la mode. On suivait avec passion les aventures de Sacha et de Pikachu qui récupérait ses badges d’arène moins vite, mais dans des combats bien plus épiques que les nôtres sur nos petits écrans verts.

 

Quelques mois plus tard, le Tortank dessiné sur ma version bleue sera presque entièrement effacé. C’est à ça qu’on reconnaissait les vrais dresseurs : la cartouche portait les stigmates des heures de jeu.

Depuis Pokémon fait partie de ma vie.

ME0000007481_2

18 ans plus tard, j’ai retrouvé le plaisir de manier la Pokéball sur 3DS. Avec quelques générations de retard, j’ai retrouvé mes réflexes d’antan, mes habitudes de dressage et le plaisir de la collection et d’un combat gagné. En creusant, j’ai découvert les secrets dont les développeurs de Pokémon ont subtilement chargé les jeux, version après version. Les statistiques cachées, les Pokémons shinny, les méthodes d’entrainement. 18 ans plus tard, j’ai retrouvé le bonheur de me plonger dans cet univers riche et l’adrénaline de la pokéball qui oscille trois fois avant de capturer un Pokémon légendaire.

Je me laisse jusqu’à la fin de l’année pour tous les attraper (721…). Balancez vos codes amis, je suis en train de monter une équipe redoutable et je devrais bientôt reprendre le combat !…

 

You Might Also Like

1 Commentaire

  • Reply Nico 29 février 2016 at 18 h 59 min

    Chouette article, chouette sujet, chouette auteur. Ca me met de bonne humeur. Merci !

  • Leave a Reply